Si j’étais un des sept nains, je serais Atchoum. D’ailleurs, je me souviens bien, lorsque je suis sorti du ventre de ma mère, au lieu de brailler comme tous les bébés, j’ai commencé par éternuer. Mes parents ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour me soigner ; je ne peux le leur reprocher. Leur confiance inébranlable dans l’allopathie m’a permis de me nourrir de médicaments aux frais de la sécu, pendant toute ma jeunesse. Le résultat a été qu’à 28 ans, l’asthme a débuté.

- Allez les mômes on se rassemble et au dodo !
  C’est pas facile de nous rassembler, on est 985 632 anchois, tous frères sœurs cousins cousines. Tu penses que ça fait une tripotée ! Pis ben c’est nuit noire au fond de l’eau ! Alors on descend, on descend tous ensemble, y en a qui se tiennent par les nageoires de peur de se perdre et d’autres, à la queue leu leu, bec-caudale, bec-caudale. On serre tous un peu les miches. Comme disait papa qui aurait soit disant trouvé du boulot dans une Trattoria comme garniture d’une pizza tomates, oignons, olives, « Attention les gosses, y a des prédateurs !» Ça m’a fait penser qu’il a dit ça le jour ou on l’a plus revu !

C'est avec une indicible fierté que je partage avec vous les dédicaces de ces deux monuments des la Gastronomie Française :

B. Bardot et P. Bocuse