La chaleur était enfin arrivée. Pas cette brise tiède et timide qui se faufile discrètement entre les asphodèles et prélude au printemps, mais une véritable chape de plomb qui condamne à l’immobilisme comme au beau milieu de l’été en nous plongeant dans une torpeur propice à la sieste. Nous chargions la moto, persuadés que l’hiver n’avait jamais existé ou du moins ne reviendrait plus. Pourtant nous n’étions que fin mai…

Le fait que nous ayons fait le bon choix est devenu une certitude. Cette moto, c'est que du bonheur, autant pour le conducteur que pour la passagère. Dans ces conditions, il s'agit de la préparer pour des voyages plus conséquents comme, par exemple, rejoindre Munich à partir du Sud du Portugal au mois de mai afin de rendre visite à notre fille. Et tout ça, sans entrer dans des dépenses inconsidérées. Les 3500km de l'aller nous ont permis d'analyser nos besoins.

Tout ça c'est la faute au "Picardie" ! Cette fameuse série télévisée des années 60 ou 70 qui me fit découvrir la France à travers ses voies navigables. Peu de gens s'en rappellent... Dans ma mémoire, il s'agissait de l'histoire d'une famille vivant sur une péniche, du temps où elles transportaient encore des marchandises.

Frederique Bel